Aller au contenu principal

Acheter ou investir dans l'immobilier neuf : les opportunités de l'année 2019

investir, acheter, immobilier neuf, PTZ, Pinel, 2019, taux, emprunt

Face au besoin de logements toujours important dans un grand nombre de régions et métropoles, le marché de l'immobilier neuf reste un ressort stratégique. Le maintien des dispositifs fiscaux pour l'investissement locatif et des aides à l'accession à la propriété, ainsi que des crédits immobiliers toujours très attractifs, rendent ce début d'année 2019 prometteur.

Acheter son appartement neuf en 2019, avec l'aide à l'accession et le PTZ

L'envie de devenir propriétaire reste un désir répandu dans la population française. Cette année encore, il est tout à fait possible de réaliser un tel projet. En tant que primo-accédant, plusieurs aides à l'accession ont été prolongées par l'Etat en 2019. C'est notamment le cas du Prêt à Taux Zéro (PTZ). Celui-ci permet de financer jusqu'à 40 % du coût, sans intérêt à verser. Chacun peut y prétendre, suivant ses ressources (soumis à plafond) et à condition d'acheter un logement neuf en résidence principale puis de l'occuper.

Le choix a été fait par l'Etat de recentrer le dispositif du PTZ sur les zones en tension du territoire (A, Abis et B1), où le besoin de logement est criant et pèse sur les niveaux de prix. Toulouse et son agglomération se situent en zone B1, où CARRERE dispose de plusieurs programmes immobiliers. Et d'autres programmes menés en France peuvent d'ailleurs être éligibles.
Hors zones sous tension, l'aide maximale est de 20 % du coût d'acquisition, et cela uniquement pour l'année 2019.

D'autres dispositifs d'aide à l'accession à la propriété permettent de devenir propriétaire de son logement neuf. A Toulouse, différents dispositifs cohabitent et peuvent se cumuler, avec le PTZ mais aussi entre eux : le Pass Accession Toulousain (PAT) ou l'accession maîtrisé à la propriété, ou encore la Location-Accession par exemple.

Investir dans l'immobilier neuf locatif en 2019, avec la Loi Pinel prolongée

Se constituer un patrimoine ne passe pas nécessairement par l'achat de sa résidence principale, ou pas seulement. Il peut aussi reposer sur la réalisation d'un investissement locatif. Et ça tombe bien : la Loi de finances 2019 a également prolongé le dispositif de la Loi Pinel, là encore sur les zones de logement dites en tension (A, Abis et B1), et ce jusqu'à fin 2021. Pour rappel, le dispositif permet de bénéficier de réductions d'impôts suite à l'achat d'un appartement neuf. Il faut pour en bénéficier le mettre en location, non meublé, pour une durée de 6, 9 ou 12 ans, à loyer plafonné.

Les zones B2 et C ne sont plus éligibles au dispositif Loi Pinel. D'autres dispositifs, à l'image du Censi-Bouvard (avantage fiscal suite à un investissement dans un appartement neuf en résidence services, loué meublé par l'intermédiaire d'un exploitant), ont également été prolongés (il devait s'achever fin 2018).

A noter que l'Etat a, en prévision de la mise en place de l'impôt à la source début 2019, accordé un aménagement sur les réductions d'impôts liés à la Loi Pinel : 60 % du montant des avantages annuels sera versé aux bénéficiaires, dès le 15 janvier. Avant régularisation du solde en septembre.

Profiter des taux d'intérêts d'emprunt bas pour acheter un logement neuf en 2019

Que l'on projette d'acheter sa résidence principale ou d'investir dans un appartement neuf pour le mettre en location, chacun peut bénéficier de conditions d'emprunts particulièrement favorables actuellement. Dans ce contexte, on peut alors plus facilement envisager de lisser le coût d'un investissement, voire acheter un autre type de logement neuf ou sur un autre quartier, en cas d'opportunités intéressantes.

Cette trajectoire, qui perdure depuis plusieurs années, ne devrait pas évoluer radicalement ces prochains mois. C'est dumoins l'avis du courtier Meilleurstaux, explicité dans son analyse récente du marché des taux : "Les taux vont rester bas, car le contexte général plaide pour un maintien des taux bas : pas de reprise économique franche, une inflation encore très limitée et une politique toujours accommodante de la Banque Centrale Européenne".

Le même courtier anticipe "des taux de crédits immobiliers moyens toujours sous la barre des 2 % sur les durées allant jusqu’à 25 ans, au moins jusqu’au printemps 2019, les banques n’ayant comme c’était déjà le cas lors des dernières années, que le crédit immobilier comme outil pour capter des nouveaux clients."