Aller au contenu principal

Biens immobiliers neufs pour habiter ou investir

Retour

Nos actualités

Inflation : qui peut encore investir dans l'immobilier neuf ?

07/05/2022
photo lomography  bus français-investir immobilier neuf

Le pouvoir d'achat immobilier dans le neuf a du plomb dans l'aile. Selon une étude, la hausse des prix et l'augmentation des taux de crédit pèsent sur la capacité d'investissement des ménages. Les situations sont toutefois très disparates selon les villes. Une grande gagnante tire son épingle du jeu.

Pénurie de logements, permis de construire accordés au compte-gouttes : l'avenir de l'immobilier neuf s'écrit toujours en pointillés. Une étude chiffre le montant des mensualités à débourser pour pouvoir s'offrir un trois-pièces dans le neuf. Le constat est sans appel : la hausse des prix combinée à celle des taux entraîne inéluctablement une baisse du pouvoir d'achat des Français.

La mensualité pour l'achat immobilier d'un trois pièces neuf est en hausse dans 9 villes sur 10. C'est ce que révèle une enquête d'Empruntis, spécialiste du courtage en crédit réalisée en partenariat avec Trouver-un-logement-neuf.com, plateforme internet spécialiste de l'immobilier neuf.

Hausse des taux de crédit

Cette situation s'explique en partie par le contexte plus tendu sur le front des taux. En six mois, dans les 10 grandes villes étudiées, les taux d'emprunt ont nettement augmenté, souligne l'étude. Très bas en septembre 2021, les taux de crédit immobilier ont connu des progressions allant de 0,15 point à Bordeaux et Toulouse, à 0,32 point à Paris. En ce moment sur 20 ans, le taux minimum (hors négociation) varie selon les villes étudiées entre 0,90 % et 1,07 %.

« Nous observons depuis février, une augmentation des taux de crédit, y compris pour les meilleurs profils. C'est la première fois depuis trois ans (mars 2019) que les taux minimum sur 20 ans dépassent le seuil symbolique de 1 %. Aujourd'hui à Paris, Lyon et Strasbourg, le taux minimum, soit le plus bas constaté au barème d'au moins une banque est de 1,07 % », indique Cécile Roquelaure, directrice des études Empruntis . De son côté, le ministère de l'économie assure surveiller « au plus près » les conditions d'accès des ménages au crédit immobilier .

Un marché à plusieurs vitesses

Dans son dernier baromètre publié à la rentrée 2021, les prix du neuf augmentaient partout , et parfois fortement. Pour la première fois, les 10 plus grandes villes de France enregistraient toutes une progression du prix moyen des trois pièces, rappelle Empruntis. Depuis six mois, une nouvelle tendance se dessine avec un « marché à plusieurs vitesses avec des fluctuations à la hausse comme à la baisse. », souligne l'étude. Les évolutions sont en effet très disparates. Quatre villes affichent des prix au m2 stables, voire en baisse : Paris (-0,09 %), Lyon (-1,36 %), Bordeaux (-3,79 %), Toulouse (+0,58 %). A l'inverse, la hausse est très significative à Nice (+8,27 %) ou Lille (+5,91 %).

« Malgré le contexte de hausse du coût de construction, les prix se calment un peu dans certaines grandes villes en ce printemps. Cette accalmie est-elle le résultat d'un intérêt qui s'atténue pour les grandes villes ? Un plafond de verre atteint en termes de prix ? ou un simple retour à la normale post-Covid ? », s'interroge Céline Coletto, porte-parole de Trouver-un-logement-neuf.com.

Palmarès

C'est à Nice que l'on note la plus forte progression du budget mensuel de crédit immobilier (hors assurance) sur 20 ans (+10,4 %). Cela se traduit par une mensualité de 1.765 euros contre 1.598 euros il y a six mois. Lille, Strasbourg, Montpellier ou encore Nantes figurent aussi au palmarès des villes où le pouvoir d'achat baisse le plus.

A Lille, le budget est de 1.487 euros par mois pour un trois-pièces soit une hausse de 8,45 % par rapport à l'automne dernier. A Strasbourg, il faut verser une mensualité de 1.383 euros en progression de 4,6 % sur la même période. Dans les mêmes proportions, on constate une progression de 4,3 % à Montpellier (1.445 euros par mois), de 4,1 % à Nantes (1.499 euros), et de 3,5 % à Marseille (1.307 euros par mois).

A Paris, le pouvoir d'achat immobilier s'est un peu moins érodé avec une augmentation des mensualités limitée à 3 % à 3.951 euros. Par ailleurs, la capacité d'investissement se maintient à Toulouse avec une hausse de seulement 2 % du budget consacré au paiement du crédit immobilier, et à Lyon (+1,55 %) avec des remboursements respectifs de 1.994 euros et 1.845 euros par mois.

Exception bordelaise

Bordeaux est la seule ville du baromètre où le pouvoir d'achat progresse légèrement. Dans cette zone, la mensualité de crédit recule et passe de 1.500 euros à 1.465 euros (-2,36 %). Il faut notamment y voir un effet prix. L'étude souligne que c'est la seule agglomération où les prix de l'immobilier neuf baissent franchement.

« Selon les spécialistes ce serait paradoxalement le manque de nouvelle offre disponible qui ferait reculer les prix ces derniers mois puisqu'il resterait davantage des fins de programme (de construction) sur le marché bordelais. Après l'envolée de ces dernières années, il peut aussi s'agir d'un certain assagissement de l'immobilier neuf à Bordeaux », précise le site Trouver-un-logement-neuf.com. Plus que jamais, avant de visiter des biens mieux vaut bien évaluer sa capacité d'emprunt .

Par Krystèle Tachdjian - Les Echos - Publié le 29 mars 2022 à 17:33 Mis à jour le 29 mars 2022 à 18:21

Source : https://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/inflation-qui-peut-encore-investir-dans-limmobilier-neuf-1396953

Nos actualités